jeudi 20 mars 2014

Teasing: une nouvelle collaboration livresque, "A Livre Ouvert", va commencer le lundi 24 Mars !

Salut à tous !!

Aujourd'hui, une petite vidéo pour vous présenter la collaboration livresque à laquelle j'ai l'honneur et la chance de participer, qui commencera sur youtube à partir de lundi 24 Mars !

Une nouvelle aventure qui me rend très enthousiaste !

J'espère que ça vous plaira.

Si vous voulez nous suivre, c'est par ici  !


dimanche 16 mars 2014

Ma présentation sur Youtube

Salut, chers lecteurs !

Ca y est, je me lance sur youtube !

Une nouvelle vie s'offre à moi, et surtout une nouvelle façon de partager avec vous mes impressions de lecture au quotidien...


J'espère que ça vous plaira, mais surtout, j'espère m'amuser, et continuer à rencontrer de chouettes personnes, passionnées tout comme moi par les livres, à échanger dans la joie et la bonne humeur !

Mon objectif sera de vous faire un petit compte rendu de lecture une fois que j'aurai fini un bouquin (en général je tourne à un à deux livres par semaine, je devrais pouvoir tenir le rythme...), dans un vidéo courte (pas plus de 10 minutes). 

Si je m'éclate, il y aura peut être d'autres types de vidéos autour des bouquins...on verra bien ! Je me laisse porter par la vague !


N'hésitez pas à vous abonner, c'est gratos et c'est bon pour la santé !


jeudi 13 mars 2014

Mon avis sur "Betty", de Arnaldur Indridason

Betty

Auteur: Arnaldur Indridason 

Année de parution: 2013

Editions: le Point

Genre: roman noir

Nombre de pages: 236

lu en: mars 2014

Acheté au Furet du Nord

ma note:  3 sur 5  (chouette lecture)




Sur livraddict:  c'est ici

Quatrième de couverture


Dans ma cellule, je pense à elle, Betty, si belle, si libre, 
qui s'avançait vers moi à ce colloque pour me dire son admiration pour ma conférence.
Qui aurait pu lui résister...
Ensuite, que s'est-il passé? 
Je n'avais pas envie de ce travail, de cette relation. 
J'aurais du voir les signaux de danger. 
J'aurais du comprendre bien plus tôt ce qui se passait. 
J'aurais du...j'aurais du... j'aurais du...

Maintenant, son mari a été assassiné et c'est moi qu'on accuse.. 
La police ne cherche pas d'autre coupable. 
Je me remémore toute notre histoire depuis le premier regard et lentement, 
je découvre comment ma culpabilité est indiscutable 
mais je sais que je ne suis pas coupable.

Mon avis: 

Arnaldur Indridason change ici du registre auquel il nous a habitué. Je le connais et l'apprécie pour les enquêtes du taciturne Erlendur, entouré de son équipe, cerné par les problèmes familiaux, hanté par ses souvenirs d'enfance, dans la sombre et glaciale ambiance d'Islande.

Ici, on sort clairement du polar pour un véritable roman noir, au style très cinématographique, raconté à la première personne, avec un personnage principal incarcéré qui nous raconte comment il a été manipulé par la somptueuse Betty.

Il ne faut surtout pas que je vous en dise plus, car tout le plaisir de ce livre vient de l'énorme surprise qui nous tombe dessus à mi-parcours. Une fois qu'on a découvert ce retournement de situation, on se dit qu'il faudrait presque reprendre sa lecture depuis le début car toute la perspective qu'on avait est bouleversée !

En cela, Indridason réussit un tour de force et j'ai été ravie de me faire bluffer de la sorte !

J'ai également apprécié le fait que ce roman se lise très vite, il n'est pas très épais. En ce qui me concerne, deux soirées ont suffi (et encore, j'étais déconcentrée par la télévision).

Par contre, en ce qui me concerne, je ne considère pas que ce soit la plus grande oeuvre de l'auteur, car je reste attachée aux enquêtes d'Erlendur, au rythme lent (Derrick, sors de ce corps!), sur fond d'Islande. Dans Betty, on parle très peu de l'Islande, le décor n'est finalement pas si important que dans les autres romans de l'auteur. Et je me suis nettement moins attachée aux personnages, surtout à cette machiavélique Betty alors que souvent j'ai une admiration particulière pour les "méchants". Elle ne m'aura pas marqué plus que ça... même si j'ai tout de même passé un chouette moment avec ce roman noir. 

vendredi 7 mars 2014

mon avis sur "La Femme en Vert", de Arnaldur Indridason

La Femme en Vert


Auteur: Arnaldur Indridason 


Année de parution: 2001

Editions: Métailié

Genre: polar 

Nombre de pages: 297

lu en: janvier 2014

Acheté d'occasion 11,10 euros
chez Gibert Jeune

ma note: 5 sur 5
(très bonne lecture, 
qui laisse des souvenirs)

Sur livraddict:  c'est ici

Quatrième de couverture: 


Dans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, 
un bébé machouille un objet qui se révèle être un os humain.
Le Commissaire Erlendur et son équipe arrivent 
et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant.

Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours
 sans avoir le temps de lui dire où elle est.
Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte.
Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, 
sur les conseils du médecin, lui parle, 
il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions.

L'enquête nous est livrée en pontillé dans un magnifique récit, violent et émouvant, 
qui met en scène, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, une femme et ses deux enfants.
 Un femme victime de son mari cruel, qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout.

Voici à nouveau le commissaire Erlendur et ses adjoints Elinborg et Sigurdur Oli dans un récit au rythme et à l'écriture intenses et poignants , 
aux images fortes et aux personnages attachants et bien construits.

La mémoire est comme toujours chez Indridason le pivot de ce roman haletant, 
qui hante longtemps ses lecteurs.
Un Indridason grand cru !

prix Clé de Verre 2003 du roman noir scandinave
prix CWA Gold Dragger 2005 (Grande Bretagne)

Mon avis: 

J'ai beaucoup aimé ce roman et je peux l'affirmer d'autant plus que cela fait maintenant quelques semaines que je l'ai refermé, et que je redécouvre, à l'occasion de l'écriture de cette chronique, le plaisir d'y repenser, les souvenirs qu'il m'a laissés étant quasi intacts. C'est sans doute à cela qu'on reconnait un bon livre: au fait qu'il nous a marqué, et qu'on peut en parler avec délectation longtemps après l'avoir lu.

J'avais déjà découvert Arnaldur Indridason avec la Cité des Jarres, et je dois dire que j'ai encore plus aimé La Femme en Vert. Sans doute pour son côté plus humain. J'y ai trouvé les personnages plus attachants malgré le côté très sombre de l'histoire.

A vrai dire, le quatrième de couverture reflète assez fidèlement ce que j'ai pensé du livre et ce que je pourrais vous en raconter sans trop en révéler sur l'enquête. Nous voilà de nouveau replongés dans les froides plaines d'Islande, avec une ambiance glaçante. L'Islande joue une fois encore son rôle de personnage à part entière.

Une plongée dans le passé nous entraîne dans les années 1950, dans une petite bicoque islandaise. Une femme tente de survivre aux violences de son mari, sous les yeux de ses deux fils et de sa fille handicapée issue d'une précédente union. Certaines scènes de mauvais traitement sont quasi insoutenables. C'est dur, mais en même temps, c'est sans artifice. C'est sans doute ce que j'apprécie beaucoup chez Indridason.

De nos jours, on retrouve des os humains dans un quartier résidentiel. Au fur et à mesure que le squelette est exhumé, les faits passés remontent à la surface et l'enquête du Commissaire Erlendur nous permettra de comprendre le drame familial qui s'est joué à l'époque dans cette maison, à la lumière des souvenirs de la "Femme en vert".

On découvre aussi une autre page de l'histoire islandaise: celle du stationnement de troupes militaires britanniques et américaines pendant la seconde guerre mondiale, l'Islande apparaissant de part sa situation géographique comme une aire de ravitaillement entre Etat Unis et Europe.

Le récit alterne entre passé et présent, ce qui contribue à maintenir le lecteur en haleine, et donne un rythme intéressant à l'histoire.

Parallèlement, le Commissaire Erlendur, à travers les monologues qu'il tient à sa fille plongée dans le coma, va se révéler à nous, nous permettant d'appréhender sa personnalité taciturne et solitaire, notamment à travers son pire souvenir d'enfance: la disparition de son frère.

Ce que je retiendrai de ce livre: 

Un très bon polar scandinave, marquant, avec des scènes difficiles mais d'une grande humanité, qui à mon sens balayent le côté "glauque" de cette histoire. Pour moi, un des meilleurs Indridason que j'ai lus à ce jour.

lundi 3 mars 2014

J'ai été tagguée.

Je fais de plus en plus de découvertes sur la blogosphère littéraire !! C'est vraiment un microcosme, avec son langage, ses codes, etc. Au fil de mes visites de blog ou de mes visionnages de vidéos, j'entends parler de PAL mais également de VLOG, de TAG, de wish list, ... Je me prends à chaque fois un méchant coup de vieux mais il faut se mettre à la page et vivre avec son temps. 


Il y a quelques mois, pour la toute première fois, j'ai été "tagguée" par une blogueuse, My name is Or, et j'en suis très flattée car finalement, ce tag est un peu comme un hommage, qui prouve qu'elle apprécie mon blog, et ça ne peut que me faire plaisir. 

L'idée, si j'ai bien compris, c'est de répondre à 11 questions sur moi et de tagguer ensuite 11 de mes confrères bloggueurs.  En fait c'est un peu comme une grande chaîne de l'amitié. Les gens qui me connaissent dans la vraie vie doivent être morts de rire car je déteste ça !! Mais je décide de participer, c'est marrant et ça me permettra de remercier la personne qui m'a tagguée. 

Alors, tout de suite, j'arrête le suspense (je sais que vous ne tenez plus).

Voici 11 choses à savoir sur moi:

1. J'ai passé le cap de la trentaine

2. Je suis naturellement optimiste et estime être heureuse (c'est suffisamment important pour être souligné)

3. J'habite le Nord de la France, où il ne fait que très rarement beau et chaud, ce qui me convient très bien puisque c'est l'occasion de trainer sous le plaid avec tasse de thé et bouquin chaque week-end de l'année, sauf l'été où on peut le faire dans le jardin

4. Je suis complètement gaga de mon chat, Minouche. Pourtant elle a un sale caractère. Mais je l'adore, cette boule de poils. Elle me tient régulièrement compagnie pendant mes séances de lecture quotidienne

5. Je n'aime pas du tout les sensations fortes. J'ai le vertige, et je suis assez peureuse en général. Quand je vais dans un parc d'attractions, en général, je passe la journée à surveiller les sacs de mes amis à la sortie des attractions. Mais c'est pas grave, je le vis très bien !

6. Je n'aime pas trop la foule, non plus. Là où je vis, on a la chance de ne pas être "les uns sur les autres". Quand je vais à Paris, ou dans un salon, je dois prendre sur moi pour ne pas péter un plomb. 

7. J'adore la musique et j'adorerais être DJ. 

8. Je ne bois quasiment jamais d'alcool, mais j'apprécie un bon vin à table.

9. Je dis beaucoup de gros mots. Si vous avez des enfants de 3-6 ans, évitez de m'inviter chez vous... Je ne sais pas me retenir, je jure, je raconte des histoires graveleuses avec plein de mots vulgaires, je dis "putain", sans arrêt... une catastrophe. Heureusement les gens de mon entourage sont tolérants. 

10. Je commence à ne plus trop savoir quoi vous dire sur moi...alors tant pis, je passe aux questions. 


Il est temps à présent de répondre aux questions que m'a posées My name is Or!

1. Qu'aimes-tu faire le plus ?

Dans la mesure où je tiens un blog consacré à mes lectures, je pense que la réponse idéale est: poser mon cul dans mon fauteuil, m'enrouler dans un plaid et lire. C'est vrai que c'est mon activité préférée dans la vie. Ca me suffit, et quand je lis, je suis comme hors du temps, hors des contraintes de la vie quotidienne.

Mais je n'ai pas que cette seule passion: je suis aussi amatrice de musique (rock, soul, electro...j'écoute un peu de tout) et je peux passer des heures à préparer des playlist. 

Je pratique aussi le scrapbooking à mes heures perdues. 

Si on élargit la question, j'aime aussi et surtout les choses les plus simples de la vie: passer du temps avec mon chéri, regarder mon chat faire sa toilette, préparer une tarte aux pommes et la regarder cuire à travers la porte du four, danser dans ma salle de bains...

Voilà, je n'ai pas répondu à la question, mais j'ai semé des pistes. 


2. Quel est ton rêve le plus fou ? 


Bizarrement, je n'ai pas vraiment de "rêve". C'est peut être con à dire, mais je suis tellement contente de la vie que je mène que je ne rêve pas à mieux. 

ça sent la vieille rabat-joie, je sais.

bon allez, pour faire plaisir, je dirais que mon rêve le plus fou serait que des millions d'euros me tombent dessus comme par magie, et je les distribuerais à tous mes proches! 

mais pour ça il faudrait déjà que je sois joueuse, et je ne le suis pas du tout !

donc, finalement, heureusement que ma vie me convient telle qu'elle est car si je rêvais à mieux, j'attendrais toute ma vie l'impossible.


3. Quelle est ta plus grande peur ?


Que choisir...?

Qu'un virus s'abatte sur la Terre et nous transforme tous en zombies. 

ou que les extraterrestres enferment ma ville sous un énorme dôme et nous coupent du monde extérieur.

ou encore que le groupe Tragédie revienne sur le marché musical.

Je ne sais pas trop quoi choisir entre les trois ?


4. Qu'emporterais-tu si tu devais aller vivre sur une île ?


Je pense que j'emporterais des vêtements de plage, et des tonnes de gel douche car je déteste transpirer et avoir du sable dans la raie des fesses (ça gratte !!) ... 

et plein de livres pour passer le temps, of course. 

et biensûr, un hélicoptère, histoire de pouvoir revenir sur le continent quand bon me semble. 


5. Si tu étais un animal, tu serais...


Un chat, sans hésitation.

Les chats sont magnifiques, et je comprends parfaitement pourquoi les Egyptiens en ont fait des dieux. Ils sont d'une intelligence supérieure, mais se contentent de mener une petite vie sans problème, faite de repas, de siestes interminables... n'est ce pas la vie rêvée? 

Et puis le chat adore la lecture, c'est bien connu !


6. As-tu quelqu'un dans ta vie ? (amoureux)

Oui, j'ai cette chance. Et lui aussi est complètement taré avec les livres. On était fait pour se rencontrer.


7. As-tu des enfants ?

Pas encore. Ce qui explique d'ailleurs que je puisse consacrer autant de temps à la lecture, puisque je n'ai absolument rien d'autre à faire quand je suis chez moi.

Par contre, à la maison,  j'ai prévu une chambre pour mon futur et hypothétique bébé et il y a déjà des étagères pour pouvoir y tapisser les murs de bouquins !


8. Quel a été ton plus grand défi ?

L'épisode où j'ai du le plus me surpasser physiquement, c'est lorsque je suis partie en randonnée dans le Sud avec un couple d'amis, au cours de laquelle nous avons monté et descendu des pentes si abruptes que j'ai cru ma dernière heure arrivée (j'ai le vertige), que nous nous sommes perdus en route et que nous avons marché des heures en espérant retrouver notre chemin. On l'a retrouvé, ce qui explique que je sois derrière cet ordinateur, quelques années plus tard, à vous raconter cette anecdote. 

Vous voyez, dans les films catastrophes, y'a toujours une nana qui se met à chialer et à hurler comme un hystérique "on va tous crever!!!" ...hey bien, je suis comme ça. 

A part ça, rien de vraiment héroïque dans ma vie (forcément).


9. Qu'aimerais tu changer sur ton corps ?

Rien du tout. Il est très bien comme il est, avec ses imperfections, mais aussi ses avantages.


Si vraiment je devais souhaiter changer quelque chose ce serait mes cheveux: au lieu d'avoir ces petits cheveux tous fins et sans volume, je rêverais d'une super crinière à la Tina Turner. Mais ça me coûterait cher en produits capillaires, cependant. 


Non, bin finalement, je ne change rien, je suis bien comme ça !



10. As-tu fais une erreur assez grave dans la vie ?


Sans doute, comme tout le monde. C'est le principe même de la vie, je pense, faire des erreurs et apprendre de celles-ci pour avancer. Mon erreur à moi, en général, c'est d'être trop gentille, de ne pas être assez incisive dans mes rapports humains. Je suis la nana qui se laisse faire, qui dit amen et avec le sourire... mais comme je suis bien entourée, heureusement, ça ne me porte pas trop préjudice. Si j'étais entourée d'enfoirés et de profiteurs par exemple, je serais une proie facile !



11. Penses-tu qu'on peut se passer d'amitié ?


Evidemment, NON.


Chez moi, les amis se comptent sur les doigts des deux mains et font partie intégrante de la famille. 



Maintenant que vous en savez un peu plus sur moi, je tague toute personne qui sera intéressée par l'exercice ! 

Allez-y, lâchez vous, c'est amusant et puis c'est bien d'en savoir un peu plus sur les personnes dont on lit régulièrement les chroniques !

dimanche 2 mars 2014

mon avis sur "Fatherland", de Robert Harris

Fatherland

Auteur: Robert Harris


Année de parution: 1992 


Editions: pocket


Genre: policier

Nombre de pages:425
lu en: novembre 2013

Dans ma bibliothèque depuis très longtemps
(acheté et lu par mon conjoint)

ma note: 5 sur 5
(énorme)

Sur livraddict:  c'est ici

Quatrième de couverture

Berlin, 1964. 

Depuis que les forces de l'Axe ont gagné la guerre, la paix nazie règne sur l'Europe. Seule l'Amérique a refusé jusqu'ici le joug. Mais, dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre.
Deux meurtres étranges viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont d'anciens SS de haut rang jouissant d'une paisible retraite. Chargé de l'affaire, l'inspecteur March s'interroge. S'agit-il d'un règlement de comptes entre dignitaires? Mais, s'il s'agit d'affaires criminelles, pourquoi la Gestapo s'intéresse-t-elle à l'enquête? Quelle est cette vérité indicible qui semble menacer les fondations même du régime ? Le mystère s'épaissit et, dans Berlin pavoisé, les bourreaux guettent, prêts à tout pour étouffer les dernières lueurs de la liberté.

Mon avis: 

une grosse claque !!

l'Allemagne a gagné la 2nde guerre mondiale. Le Reich a étendu sa domination à l'Est et domine l'Europe entière. Les Juifs et autres minorités visibles ont disparu et les aryens règnent en maîtres sur le territoire, rendant grâce chaque jour à leur Führer. Seule l'Amérique fait concurrence au Reich en tant que grande démocratie.

C'est dans ce contexte pour le moins effrayant que nous faisons la rencontre de Xavier March, inspecteur dans la police criminelle allemande, qui va devoir mener son enquête sur le décès assez mystérieux d'un haut fonctionnaire du Reich, proche d'Hitler, à la retraite depuis de nombreuses années. Si tout laisse penser à une noyade accidentelle, March est sceptique et cherche à découvrir la vérité. Très vite, il découvre que la Gestapo se mêle de son enquête, cherche à éliminer des preuves et cherchera finalement à l'éliminer lui-même. March tentera tout pour découvrir la vérité sur cette affaire d'état qui le conduira finalement bien au-delà de ce qu'il aurait pu imaginer: les horreurs commises par son peuple, que nous connaissons...


Le fait que cette histoire soit contée sous la forme d'un thriller rend la découverte de March encore plus poignante. Lui qui vit dans cette société depuis toujours, où la propagande est omniprésente, où on vénère le dictateur tel un Dieu, est bien forcé de retirer ses oeillères et d'admettre l'impensable. A travers ses yeux, nous découvrons ce qu'est une dictature depuis l'intérieur, ce qui rend l'effet encore plus terrifiant.


Au début, je pensais qu'il fallait avoir un doctorat en histoire pour comprendre le contexte de l'histoire mais en fait pas du tout: Robert Harris s'explique très bien, son style est très agréable et il réinvente complètement l'histoire ce qui fait que toutes nos certitudes sont balayées au profit d'un monde imaginé mais tout de même très réaliste. 


Je me suis vite attachée au personnage de Xavier March, qui, bien que portant l'uniforme SS, nous apparaît rapidement comme une dissident en sommeil, comme quelqu'un qui pense un peu trop pour épouser cette société archimilitarisée et contrôlée. 


J'ai été très émue par sa relation compliquée avec son fils de dix ans, embrigadé dans les Jeunesses Hitlériennes. 


J'ai aussi été ravi qu'il vive une histoire d'amour avec une jeune journaliste américaine, qui l'aidera à mener son enquête au péril de sa vie.


Il y a des moments très durs, notamment lorsque March lit le compte rendu d'un fonctionnaire suite à sa visite du camp d'Auchwitz.  On a beau savoir pertinemment ce qui s'y est passé, le redécouvrir à travers le personnage de March m'a énormément remuée. 


Ce que je retiendrai de ce livre: 


Je considère que Fatherland est une véritable pépite dans son genre. Il offre l'occasion de revisiter l'histoire de façon très originale, de mener une réflexion sur l'après seconde guerre mondiale, sur notre monde, sur nos belles petites certitudes. C'est un livre dérangeant et passionnant. J'ai adoré !


samedi 1 mars 2014

Mon avis sur "La Mémoire Fantôme", de Franck Thilliez

La Mémoire Fantôme 
Auteur:  Franck Thilliez

Editions: Le Passage

Année de parution: 2007
Genre: thriller
420 pages

lu en: février 2014
Acheté sur une brocante

ma note:   5 sur 5
(décidément, super fann de Franck Thilliez !!)

Sur livraddict:  c'est ici




Quatrième de couverture: 


Une femme à bout de souffler court sous l'orage. 
Dans le creux de sa main, un message gravé en lettres de sang:
"Pr de retour"
Elle pense être en février, nous sommes fin avril.
Elle croit sa mère vivante, celle-ci s'est suicidée voilà trois ans dans un hôpital psychiatrique...

Quatre minutes.
C'est pour elle la durée approximative d'un souvenir.
Après, les mots, les sons, les visages...tout disparaît.

Pourquoi ces traces de cordes sur ses poignets? 
Que signifient ces scarifications, ces phrases inscrites dans sa chair ?
Quel rapport entre cette jeune femme et les six victimes,
 retrouvée scalpées et torturées quatre années plus tôt? 

Pour Lucie Hennebelle, promue lieutenant à la brigade criminelle de Lille 
depuis l'affaire de la "Chambre des Morts",
 la soirée devait être tranquille. 
Elle deviendra vite le pire de ses cauchemars...
Une lutte s'engage, qui fera resurgir ses plus profonds démons.

Mon avis: 

Il ne faut pas que je vous dévoile plus de détails que ce qui nous est révélé au dos du livre...au risque de vous spoiler, et de vous gâcher tout le plaisir de vous laisser embarquer dans cette enquête de folie ! 
Autant dire que j'ai ADORE ce livre, et que je crois même que je finirai par le relire, tellement je l'ai apprécié.

Comme toujours avec Franck Thilliez, tous les ingrédients sont là pour vous faire passer un super moment de suspense.

Je ne remercierai jamais assez mon amie Delphine de m'avoir fait découvrir cet auteur fantastique !!
En plus, j'ai la chance de partager mes impressions de lecture au boulot avec ma chef qui est également Thilliez-addict. On pourrait en parler pendant des heures... 

  • Les Personnages:

Dans "La Chambre des Morts", que j'ai lu précédemment (et également adoré), j'avais fait la connaissance de Lucie Hennebelle, flic clairement "à part", avec des dons certains de profiler et un passé assez sombre. On avait bien compris que Lucie, mère célibataire de deux jumelles, solitaire, attirée par le côté sombre, cachait un épisode peu reluisant de son passé dans une mystérieuse armoire scellée dans son salon...

Dans "La Mémoire Fantôme", Lucie mène en parallèle une enquête policière qui la conduit sur des scènes d'horreur insoutenable, mais en même temps, à travers la relation qu'elle va tisser avec la victime, Manon, elle va se dévoiler peu à peu, affronter les fantômes de son passé, et finalement, nous avouer son secret. 

J'étais donc contente d'en savoir plus sur le personnage de Lucie qui est fascinante à bien des égards, et de cette continuité dont l'auteur a su faire preuve au fil de son écriture. 

En ce qui concerne les autres personnages de cette intrigue, je retiendrai le caractère vulnérable mais courageux de Manon, amnésique, dont le calvaire est parfaitement décrit. Même si elle est équipée d'un "memory node", sorte de mémoire virtuelle high tech, elle est tout de même totalement dépendante de son entourage, peut difficilement faire confiance. J'ai été très émue par le désarroi de ce personnage , qui m'a rappelé ma lecture du thriller "Avant d'aller dormir" de SJ Watson, qui traitait également de l'amnésie et qui m'avait beaucoup plue. 

Manon et son frère sont surdoués des mathématiques, ce qui donne l'occasion au lecteur d'apprécier combien Franck Thilliez s'est documenté sur les sciences, les maths, à travers de multiples informations et anecdotes qu'il sème au travers de son intrigue, avec beaucoup de subtilité, un peu à la manière de Bernard Werber dans sa série "Les Fourmis". J'ai apprécié que ces informations scientifiques soient distillées petit à petit et viennent servir l'enquête.
  • Le Scénario: 
L'enquête est menée tambours battants jusqu'à la dernière page. Le pitch qui nous est raconté dans le 4ème de couverture nous plonge immédiatement dans l'histoire, on est intrigué par cette jeune amnésique surdouée qui sort visiblement d'un véritable cauchemar, puisqu'elle porte des marques aux poignets et multiples scarifications sur son corps...finalement, il lui faudra mener l'enquête avec Lucie pour découvrir la signification des bribes de phrases qui sont inscrites sur elle de manière indélébile, qui les conduira beaucoup plus loin que ce à quoi elles s'attendaient. 

Je retiendrai notamment la scène où Lucie, partie enquêter sans renfort, se retrouve prise au piège dans une grotte, où elle manque de mourir noyée, alors que des centaines d'oiseaux se précipitent dans ladite grotte, attirée par l'odeur de crustacés dont un cadavre a été fourré... juste horrible !! Mais quand j'ai lu ce chapitre, vraiment, je me suis totalement mise à la place de Lucie, ses sentiments sont parfaitement décrits ainsi que sa fatigue physique, sa peur de mourir, ... du grand art. 

Quant au dénouement, il est parfaitement amené, et j'ai été surprise de découvrir l'identité du psychopathe. Comme bien souvent avec Franck Thilliez, chaque personnage de l'intrigue finit par montrer son côté sombre. 
  • Le Style d'écriture:
Franck Thilliez a un style totalement addictif. Chaque fois que je lis un de ses livres, je le dévore. Je tourne les pages à une vitesse folle, pressée de connaitre la suite, j'attends toute la journée au bureau comme une âme en peine de pouvoir de nouveau me replonger dans ma lecture en rentrant chez moi... 

Surtout, ce que j'apprécie chez son style, c'est qu'il est à la fois soutenu et tout à fait abordable.

  • Les "moins"
Je n'ai pas vraiment d'aspect à déplorer, puisque j'ai totalement adoré ce livre, si ce n'est que je trouve dommage que Lucie soit une vraie tête brûlée et qu'elle fonce vers le danger sans prendre le temps d'informer ses collègues, de demander des renforts, allant jusqu'à frôler la mort alors qu'elle a la responsabilité de deux enfants. Mais bon, ça fait partie de sa personnalité, je l'aimerais peut être moins si elle n'avait pas ce côté casse-cou ?

Ce que je retiendrai de ce livre:

Une enquête passionnante sur fond d'amnésie et de science, et des révélations croustillantes sur le passé de Lucie Hennebelle, qui ne donne qu'une envie: dévorer la suite de la série !

Le bonus,

En novembre 2013 j'ai eu la chance de rencontrer Franck Thilliez qui était en dédicace à la Fnac de Valenciennes pour la sortie de son dernier livre, "Puzzle", et il m'a signé mon exemplaire de la Mémoire Fantôme !!